CBI et Ethique

La plupart des populations de baleines sont encore largement en dessous de leur niveau optimal (carrying capacity), mais il sera de plus en plus difficile de justifier d’un point de vue halieutique un moratoire sur la chasse, alors que (globalement) les stocks se reconstituent. Alors, quelle justification trouver ? Economique : l’écotourisme baleinier est plus rentable que la chasse, mais les deux activités sont-elles incompatibles ? Ethique : Est-il concevable de continuer à tuer (et faire souffrir) des animaux évolués ?

Si les arguments biologiques ne peuvent plus (ou ne pourront bientôt plus), justifier le moratoire sur la chasse, alors ne faut-il déplacer le débat vers des questions liées à l’éthique et à la philosophie (Faut-il tuer des animaux évolués ? Est-il acceptable de faire souffrir des animaux ? Les aspects culturels justifient-ils une atteinte à la nature ? etc.…). Il y a déjà de nombreux liens entre la science et l’éthique (génétique, reproduction, alimentation,…), alors pourquoi ne pas aborder la question de la conservation ou de la gestion des stocks cétacés (chasse) sous cet angle ?

A la commission scientifique, plusieurs sous-comités ne sont pas financés par la CBI parce qu’ils n’existaient pas à l’origine et ne répondent pas à la vocation première de la CBI  qui est la gestion des stocks. Par exemple les comités whale-watching ou petits cétacés. Mais la CBI est en pleine évolution et les pays « pro-conservation » (Australie et France en tête) veulent en faire un outil plus adapté aux besoins actuels. Dans ce cas, pourquoi ne pas proposer un sous-comité traitant de l’éthique ? Ou au moins une réunion spécifique sur le sujet lors de la prochaine commission baleinière ?

Le débat est lancé et vos commentaires sont les bienvenus. 

Laisser un commentaire